Portail Touristique de la Mairie de Pampelune

Días que faltan para San Fermín

Fêtes de Sanfermí
6-14 juillet

Compte à rebours

  1. Départ
  2. Connaître
  3. Hemingway et Pampelune

Lieux d´intérêt

Sèlectionnez une option pour voir la carte

Aller à la carte détaillée

Hemingway et Pampelune

Évaluation des usagers:

Évaluer

Ernest Hemingway (1899-1961) arriva pour la première fois à Pampelune, en provenance de Paris, le 6 juillet 1923. Les fêtes de San Fermín venaient juste de commencer. L’ambiance de la ville et, en particulier, le combat arbitraire entre l’homme, le taureau et la mort eurent un tel impact sur lui qu’il choisit la ville comme cadre pour son premier roman à succès 'The Sun Also Rises' (Le soleil se lève aussi), publié trois ans après. L’Américain reviendra aux fêtes de San Fermín huit fois de plus, la dernière en 1959, cinq ans après avoir obtenu le prix Nobel de Littérature et deux ans avant de mettre fin à ses jours à Ketchum (Idaho), précisément la veille des fêtes.

Ce grand écrivain fut un messager universel des fêtes de Pampelune. Sa contribution fut décisive pour que de simples fêtes en famille, à peine connues en dehors de l’Espagne, se convertissent en un des rendez-vous festifs les plus célèbres au monde, et Pampelune en centre d’attraction pour des milliers de touristes étrangers, un grand nombre d’entre eux séduits par la plume de l’auteur du roman « Le soleil se lève aussi ».

De nombreux établissements qu’Hemingway fréquenta au cours de ses différentes visites à la capitale navarraise sont encore ouverts de nos jours : le bar Txoko, l’Hôtel La Perla et le café Iruña, tous situés dans le centre, sur la Place del Castillo et l’Hôtel Yoldi, lieu taurin par excellence. D’autres endroits de l’itinéraire hemingwayen comme l’Hôtel Quintana, le café Suizo ou la Casa Marceliano ont au contraire disparu.

La présence du romancier aux Fêtes de San Fermín fut presque constante au cours des années suivantes. Il n’en fut pas absent en 1923, 1924, 1925, 1926, 1927, 1929 et 1931. Après la parenthèse de la Guerre Civile Espagnole à laquelle il participa activement en faveur de la République Espagnole, et de la IIème Guerre Mondiale, il revint à deux reprises, en 1953 et 1959. Si l’on peut affirmer une chose sur le passage d’Hemingway à Pampelune, c’est qu’il n’y montra jamais une attitude distante ; l’éminent auteur vécut la fête pleinement, s’y immergea jusqu’au fond, comme il l’avait toujours fait, vivant sa vie intensément grâce à son caractère passionné.

Le représentant de la génération perdue courut devant les taureaux, se lia d’amitié avec des toreros -tel qu’Antonio Ordóñez- et des paysans -tel que Juanito Quintana-, il mangea, but et vécut avec les gens de Pampelune et goûta avec eux à la joie, la chaleur et l’euphorie propres aux Fêtes de San Fermín... Mais il connut aussi la tragédie : en 1924, pendant l’encierro, il fut témoin du premier coup de corne mortel sur un mozo, le jeune Esteban Domeño, âgé de 22 ans. Hemingway reprendrait cet épisode dramatique dans “Le soleil se lève aussi”. Le cadre de son roman “Mort dans l’après-midi” (1932) se situe aussi dans le monde des taureaux.

La Mairie de Pampelune rendit hommage à Ernest Hemingway le 6 juillet 1968, avec l’inauguration d’un monument sur la promenade qui porte son nom, près des Arènes, en présence de sa dernière épouse, Mary Welsh. Le monument, œuvre de Luis Sanguino, porte sur sa base la dédicace suivante : A Ernest Hemingway, Premio Nobel de Literatura, amigo de este pueblo y admirador de sus fiestas, que supo descubrir y propagar. La Ciudad de Pamplona, San Fermín, 1968 (A Ernest Hemingway, Prix Nobel de Littérature, ami de cette ville et admirateur de ses fêtes, qu’il sut découvrir et propager. La Ville de Pampelune, San Fermín, 1968).

De nombreuses autres célébrités ont suivi la trace d’Hemingway, de l’Amérique à Pampelune: parmi eux, le réalisateur Orson Welles, l’actrice Ava Gardner, Margeaux Hemingway, petite-fille de l’écrivain, et plus récemment, le dramaturge Arthur Miller, la photographe Inge Morat et le Prix Nobel de Littérature antillais Derek Walcott.

Comment évaluez-vous cette page?
Nos interesa tu opnión.